FERMER
Auteur : Thierry V.

Et si la bienveillance devenait un critère principal pour sélectionner l’entreprise dans laquelle vous souhaiteriez travailler ? Et si elle devenait une pièce maîtresse pour vous sentir bien au travail ?


La bienveillance regroupe plusieurs facteurs qui, combinés entre eux, permettent de rendre le travail plus agréable. Le baisse du niveau de stress, passe aussi par l'adoption d'une attitude positive envers vos collègues. Que vous soyez salarié ou manager, la bienveillance au travail… Nous avons tous à y gagner !

La bienveillance au travail : c'est quoi ? Comment la définir ?

Le 21 mars 2019, Cadremploi/Ifop publiait l'étude " Les cadres et leur avenir, dans laquelle 42% d'en entre eux positionnaient la bonne ambiance comme facteur de changement d'entreprise, près de un cadre sur deux.

Bien loin de la représentation "bisousnours", la bienveillance au travail se traduit par une attitude cordiale et positive pour améliorer la qualité de vie professionnelle. Cette attitude se doit d'être réciproque et concerne l'ensemble des salariés et managers de l'organisation. Elle ne réside pas non plus dans le non-dit, mais, au contraire, dans la possibilité de se dire les choses en adoptant une communication juste et posée.

Si toutes les entreprises ne se sentent pas concernées par le bien-être au travail, bon nombre d'entre elles ont compris les enjeux qui se cachent derrière celui-ci et ont à cœur de mettre en place de bonnes pratiques en ce sens.

Voici pourquoi et comment incarner la bienveillance au travail :

1 - Elle passera par moi...

Installer un climat de bien-être au travail commence par adopter soi-même les bonnes pratiques et inviter les autres à l'élargissement :

  • être à l'écoute,
  • être poli et juste en toutes circonstances : saluer ses collègues, remercier etc.,
  • cultiver le respect,
  • féliciter et encourager,
  • soutenir,
  • etc.

Bien évidemment tout cela s'affichera avec sincérité, et loin d'une vue réductrice, encore fortement présente, comme l'apanage des faibles, elle est une évidence dans la fidélisation des salariés et l'installation d'une performance individuelle et des équipes qui se veut durable.

2 -Elle s’appuie sur une démarche scientifique

La bienveillance est au confluent de plusieurs disciplines scientifiques (neurosciences, sciences du comportement…) et prend sa source dans l’étude des émotions. Chacune de nos attitudes provoque des émotions, positives ou négatives, qui modifient l’équilibre de notre système hormonal. On connaît aujourd’hui assez précisément le rôle de chacune des hormones concernées.  Pour simplifier, nous pouvons dire qu’un comportement bienveillant au travail amène des émotions positives, responsables de la sécrétion d’endorphine (hormone anti-douleur), de dopamine (hormone de la motivation et du plaisir) et d’ocytocine (hormone de la cohésion, de la créativité…). Leur combinaison chimique améliore la relation entre les personnes, renforce leur engagement, leur cohésion et leur créativité. Elle fait par ailleurs chuter le cortisol (hormone du stress).

3 - Elle est facteur implicite de performance durable

La réduction du stress et des attitudes négatives sont des leviers primordiaux dans la réduction des RPS et créent mécaniquement une diminution des arrêts de travail ainsi qu'une implication plus forte des salariés. Cette résultante entraîne de fait une image positive de l'organisation au regard de ses clients et fournisseurs. Elle évite de même le turn-over et tous les coûts engendrés par les recrutements à répétition.

Elle s'inscrit à terme dans un rapport gains/bénéfices collectif et individuel propice à tous.

4 - Elle intègre le droit à l'erreur ( un fondamental du management bienveillant )

L'erreur, un sujet encore tabou dans notre société. Pourtant, accepter, au delà de la maxime, que l'erreur est humaine, permet de se libérer des tensions et d'en réaliser moins. Selon Philippe Rodet. (Médecin urgentiste et consultant en management) « Reconnaître le droit à l’erreur au sein d’une équipe permet d’enclencher une dynamique de pardon. On sait depuis une quinzaine d’années que pardonner est un excellent moyen pour diminuer la colère, l’anxiété et autres émotions négatives au sein d’un collectif. » Des études plus récentes tendent même à prouver que le pardon préserverait de même les personnes indulgentes des maladies liées au stress… De quoi nous inviter à envisager l'Erreur sous un nouvel angle !

5 - Elle dépasse le cadre professionnel

Résultante d'un effort de modification des comportements de tous dans la sphère professionnelle, elle portera de même ses bénéfices dans la sphère privée.

La bienveillance au travail et de manière plus large n'est pas forcément innée, elle passe par une volonté d'ouverture à l'autre et un apprentissage personnel de ses émotions, de sa communication et plus largement de son Savoir-Être. Ce réajustement s'opère dans le temps et dans une dimension propre à chacun.

"Soyons le changement que nous voulons voir dans le Monde" - Gandhi


Source·s :


Vous avez apprécié cet article :
181 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Thierry VESTIER