FERMER

Travail et handicap : Une lecture possible des difficultés actuelles des employeurs

Article

Auteur : Lucas D.

Comment comprendre les difficultés actuelles pour les employeurs à embaucher des personnes en situation de handicap alors que c'est un droit inscrit au niveau français, « Loi Handicap » de février 2005 et la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CIDPH), loi européenne, ratifié par la France en 2010 ?


Une hypothèse possible de cette difficulté est issue de la définition même du handicap ; selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises » et selon la « Loi Handicap » ; « un handicap [est], au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. » 

Ces deux définitions, parmi d'autres, soulignent la complexité de la notion de situation de handicap avec d'une part la notion temporelle et d'autre part la notion de type de handicap. A titre de définitions, elles tentent à inclure la plus grande diversité des profils de situation de handicap possibles. Or il existe une telle diversité des réalités que ces définitions, bien que complètes, rendent difficile l'appréhension de ces réalités. C'est peut être là que réside une des difficultés des employeurs à recruter des personnes en situation de handicap, une définition peu appréciable des réalités et davantage propice à des représentations voir à des appréhensions. Ainsi ce présent article propose un tour d'horizons succinct de ces réalités ; 

Les dirigeants d'entreprise avec la main empilés Photo gratuit


        Dans un premier temps, la notion temporelle est importante pour mieux comprendre le handicape, en effet celui-ci peut être : 

-Inné, c'est-à-dire que la personne naît, grandit et se développe avec son handicap. (ex : La surdité)

-Acquis pour un temps, c'est-à-dire que la personne va connaître une situation de handicap qui va se résorber (ex : Une amnésie temporaire)

-Acquis sans facteur développementaux, c'est-à-dire que la personne va connaître une situation de handicap avec laquelle elle va devoir composer la suite de son chemin de vie (ex : Les conséquence possible d'un AVC)

-Acquis avec facteur développementaux, c'est-à-dire que la personne va connaître une situation de handicap qui va impacter de plus en plus son quotidien (ex : les conséquences de la maladie d'Alzheimer)


Dans un second temps la forme d'expression du handicap ;

-Le handicap moteur exprimé par le non-fonctionnement ou la perte d'un ou plusieurs membre(s), elle est la forme de handicape la plus visuelle et la plus manifeste en terme d’aménagement dans les lieux publics (ex : rampe d'accès, place réservés, priorité dans les fils d'attentes, etc) souvent marquée par l'usage du logo d'un personnage en fauteuil roulant.  

-Le handicap sensoriel exprimé par la perte d'un ou plusieurs sens, il existe des outils et des stratégies de compensation de ces pertes comme la canne spécialisé pour les personne mal-voyantes ou aveugle, ou les synthèse vocale pour les personne muette, etc …  

-Le pluri-handicap ; association d'un handicape moteur ou sensoriel à un autre handicape moteur ou sensoriel. 

-Le handicap mental, souvent manifesté dans les premières années de vie, il s'agit d'atteintes du système neuronal impactant leur développement et leur fonctionnement avec plus ou moins de sévérité selon la ou les zones concernés

-Le handicap psychique, qui se distingue comme une conséquence d'une maladie du registre psychiatrique, il n'y a pas d'atteintes au niveau cérébrale, c'est-à-dire que la personne va éprouver des difficultés à effectuer des actions à cause d'une maladie psychique. Dans le cas d'une dépression, ou d'un burn-out, par exemple, la personne va être en difficulté pour initier des actions et va manifester une perte d’énergie, une certaine lenteur mentale et physique. Il s'agit là d'une forme de handicape qui nécessite une prise en charge médicale et qui peut être temporaire. 

-Le handicap du registre des Troubles du Spectre Autistique, les formes d'expression possibles sont extrêmement variés, avec des difficultés plus ou moins importantes. Les personnes autistes expriment communément d'être en difficulté lors des interactions sociales. En outre, parmi la diversité des profils possibles d'autistes, certains démontre une très grande expertise dans domaines de compétence comme les mathématiques, la programmation informatique, la comptabilité, ....

-Les conséquences de traumatismes crâniens (accident de sport, de la route, de travail, etc …), souvent nommé le « handicape invisible », la personne est en difficulté ou incapacité de réaliser des tâches qu'elle pouvait réaliser avant l'accident car un certain nombre 

-Les troubles « dys », dyscalculie, dysorthographie, dyslexie, dyspraxie, etc … il s'agit de handicapes qui ont impacté les apprentissages scolaires ; la lecture, la manipulation des chiffres, l'écriture … Ils peuvent perdurer à l'âge adulte si d'une part ils ne sont pas diagnostiqués et d'autre part, si un accompagnement auprès d'un/d'une orthophoniste n'a pas été mise en place. Ces troubles sont souvent sources de honte pour la personne qui adopte alors un ensemble de stratégie pour compenser ses difficultés (ex : demander à un tiers de « résumer » le document , de gérer la caisse, d'écrire un mail, etc …), ce mouvement de dissimulation explique souvent la difficulté du diagnostique et par extension l'absence de prise en charge. 

-Les conséquences des maladies dégénératives, souvent manifesté à des âges avancées comme Alzheimer, Démence à corps de Levy, etc … à distinguer des effets du vieillissements « normal » des personnes âgés.  

-Le polyhandicap, une des expressions le plus limitante du handicape, il s'agit d'un ensemble de handicape mentaux et moteurs impactant fortement l'autonomie de ces personnes. 


Ainsi, ce premier niveau de distinction donne un aperçu des réalités possibles derrières le terme de handicap. Des formes d'expression les plus invalidantes aux formes d'expression les mieux compensées, il existe, derrière la notion de handicap, des personnes en capacité de pouvoir s'insérer professionnellement dans une entreprise à partir d'aménagement raisonnable. Lorsque l'aménagement se veut plus exigeant il existe alors des structures d’accueil spécialisé nommé Esat (établissement et service d'aide par le travail). Enfin lorsque le handicap limite fortement les capacités de la personne, l’état mets en places des prestations sociales.

Pour conclure, il existe un besoin pour les employeurs d'être accompagné à l'embauche de personne en situation de handicap non pas à partir de la définition du handicape mais davantage à partir de leur capacité à identifier et à aménager des postes correspondants à certaines formes d'expression handicap.  


A ce sujet, Défenseur des droits à publié un guide à destination des entreprise pour les accompagner dans cette démarche : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/guides/guide-pour-un-recrutement-sans-discrimination


Source·s :


Vous avez apprécié cet article :
0 mention j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Lucas DOLLINGER

Agir à nos côtés

Parler de nous
Merci pour votre soutien et l'intérêt que vous portez à notre travail.
Agir en entreprise
 

Suivre notre actualité

Sur les réseaux sociaux
Newsletter

Nous nous engageons à vous envoyer une information ciblée, pertinente et non invasive....