FERMER

Connaissez-vous le Qi-Gong ? SI vous pensez que non, visualisez un parc, avec des personnes qui exercent des gestes lents et fluides, seuls ou en groupe, que vous avez observées en vrai ou à la télé. Vous y êtes ?


Au sommaire :

Une histoire ancestrale

On peut considérer que le Qi-Gong mêle les enseignements de 3 grands courants : le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme. Chacun d'eux a laissé son empreinte dans la pratique : la recherche de l'équilibre, à savoir le respect des forces opposées et pourtant complémentaires du yin et du yang est chère au taoïsme ; la méditation est fortement mise en avant par les bouddhistes (elle l'est également par les taoïstes) ; le confucianisme prône l'entretien de la santé mentale et physique. Ces 3 principes, méditation, équilibre et entretien du corps se retrouvent dans tous les courants du Qi-Gong.

Qi-Gong et médecine traditionnelle chinoise

Laissez-moi reprendre une citation du Dr Jean-Marc Eyssalet, médecin généraliste, acupuncteur, fondateur de l'Institut de Développement des Études Énergétiques et Sinologie : " L'expérience et le maintien de l'équilibre yin yang se réalise concrètement par le développement de l'observation, de l'aptitude à la contemplation par les Arts de la conduite du souffle à partir de la respiration, du geste et de la posture, par le massage, l'utilisation des moxas et des aiguilles sur le corps énergétique, l'utilisation d'une pharmacopée complexe et enfin, la mise en pratique quotidienne d'une diététique extraordinairement élaborée ". 

Il est clair que le qi-gong, pratique du mouvement, du souffle et de l'intention participe pleinement à la médecine chinoise. En Chine, les hôpitaux peuvent d'ailleurs proposer du Qi-Gong, et il est même des pratiques spécifiques qui sont utilisées dans les soins. 

En quoi consiste la pratique ?

La pratique du Qi-Gong s'intéresse à l'énergie vitale (le Qi) et à sa bonne circulation dans le corps. Pour cela, il s'agit de libérer les tensions du corps comme de l'esprit (le corps et l'esprit ne font qu'un), de conduire le souffle, d'exercer ses postures lors d'enchainements d'exercices. 

Chacun travaille avec son corps tel qu'il se présente au moment de l'entrainement, ce dernier permettant d'acquérir de la technique (posture et gestuelle) , de l'endurance, de la souplesse et du souffle. La pratique du Nei Gong, pratique de l'intériorité par la méditation, complète la pratique du corps. 

Le processus de cheminement, de transformation individuelle sera plus ou moins orienté vers le corps ou vers l'intériorité dans un premier temps ; l'objectif étant de renforcer ses faiblesses, l'équilibre corps-esprit se met en place au cours du temps. 

Des bénéfices pour tous 

Un point essentiel de la pratique du Qi-Gong est de se mettre à l'écoute de ses ressentis. C'est donc une invitation à être présent à soi, à son corps, à son souffle et à son esprit. Cette pleine conscience de ce qu'on est et de ce qu'on vit est à mettre en œuvre aussi en dehors des temps d'exercices purs. Elle donne les clés pour mieux se connaitre, aussi bien dans sa posture, sa gestuelle, sa concentration, autant que dans la présence d'un état d'esprit agité ou calme, d'une respiration minimaliste ou profonde et calme. 

Le travail du corps va permettre de le renforcer et de l'assouplir, ainsi des douleurs ou inconforts liées à des faiblesses musculaires, fréquentes dans nos vies sédentaires peuvent s'atténuer voire disparaitre. L'équilibre s'accentue, les tendons sont renforcés, les muscles se délient. 

L'écoute des perceptions internes et le développement d'un état bienveillant envers soi-même est à l'origine d'une meilleure image de soi, d'un bien-être et d'une détente profonde.

La pratique va ainsi avoir une action pour régénérer et recentrer le corps en évacuant les tensions nerveuses pour accroître l’énergie vitale pour se sentir plus centré et calme.


Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié cet :
25 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Isabelle JAMIN