FERMER

Du canada à la cour des rois, de l'heure de gloire aux heures noires, du topinambour, voici l'histoire !


La conquête du nouveau monde 

En 1550, Henri II et Catherine de Medicis, lors de leur visite dans la ville de Rouen, se virent offrir une fête brésilienne digne de ce nom : indiens, singe  ,serpents et perroquets, tout droit venus de l'île de Tupinambas.

Pendant ce temps, quelque part en Virginie, un explorateur anglais du nom de Walter Raleight découvrait un étrange tubercule, au goût très proche de celui de l'artichaut. 

Quelques années plus tard, en 1613, le sieur de Rassilly, fort impressionné par les indiens du Brésil, amena quelques "spécimens" à la Reine, six individus de la tribu des toupinambaoults, affublés pour l'occasion de belles tenues "à la française".

Au Canada, un autre explorateur français, Samuel Champlain faisait goûter à son ami, avocat et voyageur, Marc Lescabot, ce tubercule découvert quelques 50 ans plus tôt en Virginie, et qui dans cette contrée de la "nouvelle France", était consommé par les Iroquois et les Hurons, et qui fut alors nommé par Mr Lescabot, truffe du Canada ; il l'emmène en 1607 en France, où cette "truffe" emportera un franc succès !

L'engouement cumulé tant pour les indiens brésiliens que pour le petit tubercule finit alors par créer la confusion, donnant ainsi un amalgame du nom francisé, topinambour, aux deux curiosités de l'époque !

Les lettres de noblesse 

Dès lors, le topinambour devient un légume très prisé ; son goût proche de l'artichaut, et sa consommation hivernale lui valent alors le nom d'artichaut d'hiver. 

C'est une plante extrêmement vivace, qui se cultive facilement et se développe très vite, ce qui lui vaudra plus tard le nom de plante de disette par Parmentier.

Louis Lemery le nommera poire de terre dans son "traité des aliments" en 1722.

Parmentier qui en appréciait son goût de "cul d'artichauts " en fit la promotion tout autant que sa fameuse pomme  de terre, mais finalement le déclassera au rang d'aliments pour bestiaux, et l'heure de gloire s'en alla, rangeant le topinambour dans la case des légumes oubliés !

Les heures sombres

La pomme de terre était devenue le légume de référence, grâce à son goût, sa simplicité de culture et son côté rassasiant. 

Mais lors de la seconde guerre mondiale, toute la récolte de pomme de terre fut réquisitionnée par les allemands en guise de dédommagement de guerre ; c'est alors que le topinambour, (avec son compère le rutabaga) sort de l'oubli, afin de nourrir une population affamée, le légume de disette était, tristement, de retour…

A la mode!

Après la guerre, notre pauvre topinambour se vit retourner au fond des oubliettes, rattaché aux souvenirs d'une terrible époque que tous souhaitaient oublier!

Heureusement, notre poire de terre a plus d'un tour dans son sac ! Tant par ses bienfaits que pour son goût, et sa faible teneur calorique (31kcal/100g), le retour était inéluctable ! Le topinambour (ainsi que les autres "légumes oubliés" tel que le rutabaga, le panais…), est même devenu un légume "tendance", et les plus grands chefs rivalisent d'audace et de créativité pour redonner à cette truffe du Canada toutes ses lettres de noblesse !



Source·s :


Vous avez apprécié cet article :
41 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Raphaël CHARVET