FERMER

Plante merveilleuse que la vigne ! Elle nous offre ses bienfaits aussi bien au travers de ses feuilles que de ses fruits. On les consomme sous forme d’aliments bruts ou transformés (vin, huile), d’infusions ou de compléments alimentaires.


Au sommaire :

La feuille de vigne

La vigne comporte de nombreuses variétés, seules les feuilles de la variété teinturier (tinctoria en latin) ont un intérêt pour la santé. C’est pourquoi vous avez peut-être entendu parler de la vigne rouge.

Elle contient des pigments qui donnent la couleur rouge aux feuilles, surtout à l’automne, des anti-oxydants et des tannins.

Grâce à ces différentes molécules, la vigne joue un rôle important dans la circulation sanguine : elle augmente la résistance des capillaires et protège les vaisseaux sanguins. Grâce aux feuilles de vignes, on peut diminuer les lourdeurs de jambe, agir sur les petits éclatements de vaisseaux, les hématomes et les varicosités. Elle fait partie des plantes à intégrer dans la prévention des insuffisance veineuses chroniques, des jambes lourdes, des hémorroïdes…

Pensez à prendre conseil auprès d’un professionnel.

Resvératrol, vous avez dit resvératrol ?

Si vous suivez de temps à autre les publicités, vous avez déjà entendu ce nom : le resvératrol. Il est vanté comme un remède miracle au vieillissement ! Mais comment ça marche, et quel lien avec le raisin et la vigne ?

La recherche sur cette molécule a été initiée à cause de l’observation du « french paradox » qui veut que malgré une alimentation riche en graisses, il y avait peu de maladies cardiovasculaires chez des individus qui consommaient du vin rouge ! On le retrouve d’ailleurs dans la fermentation des vins rouges mais pas des vins blancs.

C’est une molécule qui s’accumule dans les feuilles, dans la peau et les pépins des grains de raisin.

Le resvératrol fait partie de la famille des polyphénols, plus précisément des flavonoïdes, autrement dit des anti-oxydants.

Si le mécanisme exact par lequel le resvératrol atténue les effets d’une alimentation riche en graisses n’est pas complètement connu, il semble qu’il soit dû à ses propriétés antioxydantes et anti-coagulantes.

On sait aussi que le resvératrol stimule un récepteur qui joue un rôle dans la protection contre le diabète, l’inflammation, certains cancers, les maladies cardiovasculaires, etc.

Plusieurs études ont montré l’efficacité du resvératrol contre les inflammations articulaires et la dégradation du cartilage, intéressant donc contre l’arthrose.  Attention, les doses utilisées dans ces études sont inatteignables par l’alimentation : c’est l’équivalent de la quantité de resvératrol qu’on trouve dans plus de 50 litres de vin !

Un autre intérêt du pouvoir antioxydants des polyphénols est qu’ils peuvent jouer un rôle protecteur et même préventif du vieillissement, ils arrêtent la propagation de l’oxydation. Ils luttent contre les radicaux libres (un autre mot scientifique des pubs !), un sous-produit des réactions chimiques qui se déroulent dans notre corps, normalement très bien maîtrisé par nos anti-oxydants internes, mais parfois débordé quand on est stressé, soumis à la pollution ou mal nourri par exemple.

Raisin noir et jus de raisin

Les grains de raisins contiennent aussi des anthocyanosides, ce sont des pigments de teinte rouge, violette ou bleue, qui colorent les fleurs, les fruits et parfois les feuilles. Ils favorisent la régénération du pourpre rétinien, peuvent être utilisés dans certains troubles circulatoires de la rétine et améliorent la vision crépusculaire.

Pépins de raisin (huile)

Les pépins de raisins contiennent eux aussi des molécules anti-oxydantes. On va donc les retrouver dans l’huile, sous réserve que celle-ci soit produite de façon respectueuse, à savoir qu’elle soit vierge, obtenue par première pression à froid, idéalement d’origine biologique. Les huiles qu’on trouve couramment dans le commerce sont des huiles obtenues par solvant puis raffinées et ne recèlent plus ces propriétés.

Une huile de qualité contient essentiellement des oméga 6 (entre 55 et près de 80%) et des omégas 9 (12 à 28 %) et très peu d’omégas 3. Elle contient aussi beaucoup de vitamine E, et de la lécithine. C’est donc une bonne huile anti-oxydante, pour lutter contre les fameux radicaux libres. Pour autant, sa richesse et oméga 6 et la quasi-absence d’oméga 3 méritent qu’on s’attarde sur son usage par voie interne. En effet, les omégas 6 sont des précurseurs d’autres molécules impliquées dans les réactions allergiques et les inflammations. A ce titre, si on la consomme, il est important de la mélanger avec une huile très riche en oméga 3 comme l’huile de lin, de chanvre ou de cameline par exemple.

Par voie externe, on peut l’utiliser en onction, en massage ou en application locale, seule ou mélangée avec une autre huile végétale ou avec des huiles essentielles. Sa richesse en antioxydants et en omégas 6 lui donnent des propriétés intéressantes pour protéger la peau de la déshydratation, la nourrir et réguler le sébum. 


Source·s :

www.passeportsante.net - Accès à l'article source
www.compagnie-des-sens.fr - Accès à l'article source
www.jydionne.com - Accès à l'article source


Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié cet :
60 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Isabelle JAMIN