FERMER
Auteur : Lucas D.

Chaque mois, obe (Objectif Bien-être) vous propose une interview, aujourd'hui, nous vous proposons d'aller la rencontre de Jean-Luc PRIANE


Au sommaire :

Quel est ton parcours en 3 étapes ?

Très jeune j'ai commencé à me poser des question sur les différentes expériences que je vivais, je me posais beaucoup de questions. Les réponses qu'on me donnait n'était pas satisfaisantes et j'ai alors cherché d'autres moyens de répondre à mes questions, c'est le premier pas vers d'autres manières d'aborder le monde.

Vers 23 ans, les questions étaient toujours plus pressantes les unes que les autres, j'ai alors commencé à pratiquer la méditation afin de reprendre les rennes de mon mental. Une méditation de plus en plus quotidienne sur des durées de plus en plus importantes, jusqu'à deux heures par jour. Cela m'a permis d'effectuer un travail d'introspection sur mes perceptions, ma manière de percevoir le monde et petit à petit cela m'a permis d'accéder à une qualité de silence de mon monde intérieur, les questions se firent moins pressantes au profit d'une sécurité interne importante.

Enfin, plus tard, dans la continuité de cette démarche, j'ai commencé à approfondir d'autres mouvements culturels avec la démarche du mantra, le recours au Sanskrit, une langue du souffle et de la pleine conscience. Cela m'a permis de me détacher à l'égard de tout jugement que je pouvais porter en acceptant le fait que je ne sais rien, j'ai à apprendre de chaque rencontre, de chaque instant dans l'ici et maintenant, j'accueille ce qui vient, ce qui se présente avec l'intime certitude que tout va bien.  

Tu as rejoint obe en tant qu'intervenant pour accompagner des personnes sur leur parcours de vie, quel est ton/quels sont tes domaines de compétences ?

Ayant beaucoup pratiqué la méditation, je connais bien les bénéfices qu'on peut en attendre, aussi je peux guider facilement des personnes dans des méditations, je leur fait faire l'expérience d’accueillir ce qui se passe pour eux dans l'ici et maintenant sans porter de jugement.

Dans ma pratique de metteur en scène au théâtre, métier que j'ai pratiqué des années durant, j'applique la même philosophie, j'amène les personnes à jouer avec ce qui se passe. Jouer des rôles ou des personnages ne m'intéresse pas, ce que je travaille c'est le processus qui se passe à l'instant dans le regard entre deux personnes, dans l'aisance ou les réticences que peut exprimer tel ou tel personne. C'est une autre manière de travailler le lâcher-prise.

Je suis également enseignant en Qi-Gong, technique de relaxation qui associe le souffle, le mouvement et l'ancrage dans le présent. C'est une manière d'être à soi. C'est ainsi que j'ai rencontré Isabelle Jamin.

Dans le quotidien je suis également amené à accompagner des personnes dans un cadre de développement personnel, j'ai un certain nombre d'outils mais avant tout je me sers de mon expérience professionnelle d'accompagnement, mon expérience personnelle et je m'appuie également sur mes ressentis, mes perceptions dans la manière dont le récit de la personne que j'accompagne résonne en moi, à ce titre je suis également mon propre outil.  Le fait d'avoir travaillé sur mes blessures me permet de me détacher de mes jugements au profit d'un accueil inconditionnel de l'autre. J'ai le sentiment d'avoir une sensibilité particulière à l'égard de l'Etre Humain. 

Qu'est-ce que c'est ?

La méditation c'est pouvoir faire le silence à l'intérieur de soi, c'est lâcher-prise vis-à-vis de ses pensées, c'est s'aligner à soi, se centrer sur soi. 

Le Qi-Gong, c'est la fluidité du corps par les mouvements pratiqués, la liberté de ces mouvements mais également exacerber  sa sensibilité  pour s'ouvrir à l'ici et maintenant dans nos vécus  sensoriels (le vent sur la peau, la chaleur du soleil, notre ancrage dans le sol … ) et se laisser toucher par eux.

Le théâtre comme les autres pratiques, c'est le vécu de l'ici et maintenant, être à l'écoute de ce qui se passe pour soi quand je prends la parole ou je me mets en retrait, quand je joue avec tel ou tel objet disponible. 

De ton point de vue, quels bénéfices peuvent obtenir tes « clients » de cette pratique ?

Faire tomber les masques de la vie quotidienne, être soi. C'est en apprenant à laisser s'écouler mes pensées que j'ai pu développer un calme intérieur et m'affranchir des représentations, des rôles à jouer : là être le père, là être le salarié conforme, là devoir me présenter de telle ou telle façon. Ce sont autant de situations qui peuvent nous mettre à mal dans notre bien-être. 

Partager la richesse de son expérience c'est prendre le risque de faire toucher du doigt une autre manière d'être à soi, une manière plus juste et plus respectueuse. Mon objectif à moi : œuvrer au service de la vie. Ainsi je suis sensible à cette citation de Dilgo Khyentsé Rinpotché "c'est notre esprit, et lui seul, qui enchaîne ou nous libère"

Peux-tu donner des exemples pratiques pour celles et ceux qui ne connaissent pas du tout ce savoir-faire ?

Le Qi-Gong pour moi, c'est la fluidité du corps, la liberté de mouvements qui met nos sens au service d'un alignement corps-esprit. 

La Méditation c'est se donner la possibilité de pouvoir faire le silence à l'intérieur de soi, notamment quand on a beaucoup de pensées qui nous envahissent. La pratique de la méditation va permettre de développer le lâcher-prise, ne pas retenir ces pensées mais les laisser passer comme charriées par un courant d'eau. On est alors davantage centré sur soi et dans une meilleure capacité d'accueil des autres et du monde. 

Le théâtre comme vécu de l'ici et maintenant, voilà comment je le vois. C'est se laisser vivre son ressenti, être à l'écoute et oser s'exprimer, s'autoriser à être soi.  Le théâtre devient alors une expérience de partage très riche d'avec les autres. 

Est-ce que tu envisages de développer d'autres compétences ou d'autres manieres de pratiquer tes compétences ?

Il s'agit plutôt de varier la forme, c'est important pour moi que mes accompagnements développent et renforcent le lien corps-esprit, je veux tout lier au corps, au travail du corps, à la manière d'être à soi. La notion de spiritualité occupe alors une place importante, pas au sens religieux du terme, au sens de valeur, d'aspiration et de manière d'être au monde. 

J'ai un panel d'outils à disposition et ils vont en ce sens. Je n'envisage pas le développement d'autres compétences, c'est l'expérience de la rencontre qui me guide. 

Où est-ce que tu exerces et est-ce que tu as un site, une adresse où l'on peut te contacter ?

Pour me contacter ? J'ai mon site internet : Jean-Luc Priane Bienvenue sur mon site de bien être (jeanlucpriane.fr). J'ai une adresse mail également mais je préfère par téléphone. J'interviens dans la région de Toulouse, en accompagnement individuel sur des questions de développement personnel ou en collectif sur le Qi-Gong ou des ateliers de développement personnel. 

Et au sein d'obe, dans quel cadre peut-on te retrouver ?

Il est convenu que j'anime des interventions et réalise un accompagnement en trinôme avec deux autres intervenants dans le cadre de séjours longs comme le séjour post-cancer. D'autres séjour sont en cours de réflexion.

Qu'est-ce qui te plaît à obe qui t'a donnée l'envie de nous rejoindre ?

J'ai rencontré Isabelle dans le cadre de notre pratique commune de Qi-Gong. Nous partageons les mêmes valeurs, celles qui sont également celles de l'association : respect, accueil, bienveillance, humanisme, écoute

Elle m'a proposé de rejoindre l'association et j'ai entendu ça comme un nouveau challenge que la vie me proposait, j'ai dit « oui » sans hésiter. C'est comme si je disais « oui » à la vie et à ses propositions et accompagner les personnes à dire « oui » à la vie également en les amenant à trouver les clefs dont ils ont besoin pour avancer ; ça c'est un vrai plaisir pour moi.

Cinq mots pour te définir

  • Intègre
  • Patient
  • Bienveillant
  • Courageux
  • Confiant  

Le mot de la fin ?

« L'amour amène à la guérison », c'est une citation que j'apprécie énormément. A partir de nos compétences, on peut retourner vers nos blessures, les constater, les regarder, témoigner et les accueillir dans l'ici et maintenant dans qui je fut, je suis et je serai. C'est cet amour de soi qui me semble fondamental pour guérir, il permet de s'accueillir et d'être à soi dans un profond sentiment de bien-être.


Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié cet :
3 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Lucas DOLLINGER