FERMER
Auteur : Raphaël C.

Il était une fois une racine barbare aux saveurs si particulières et aux vertus insoupçonnées... je m'en viens vous conter la rhubarbe.


Son étymologie est aussi controversée que ses vertus et ses dangers ; en effet, son nom latin rheumbarbarum est interprété par l'historien Ammien Marcelin comme provenant du fleuve Rha (ancien nom de la Volga), pour avoir vaguement trouvé des traces de son existence en Russie, interprétation jugée quelque peu douteuse par les pontes de l'étymologie latine qui garderont donc racine barbare, du fait qu'elle fut importée et consommée par des étrangers, barbares va !!

Cette superbe plante potagère (et oui, je la trouve superbe) est utilisée depuis des siècles en Asie (et un peu en Russie pour faire plaisir à ce cher Marcelin)  à usage médicinal uniquement, et il faudra attendre le Xème siècle pour la voir débarquer en Europe, importée via la route de la soie par des marchands persans ; Marco Polo en parlera même dans son livre, le Devisement du monde (je vous le conseille d'ailleurs) , bien que ce petit malin ne soit pas le premier à l'avoir découverte, puisque d'autres en mentionneront l'existence bien avant lui, messieurs De Rubrock ou Pordemore se voyant destitués de cette découverte par leur illustre successeur !

Il nous faudra tout de même attendre le XIXème siècle pour qu'elle finisse dans nos assiettes, et ce sont les Anglais qui en auront l'idée !

Rhubarbe est également le nom donné au 11ème jour du mois Floréal du calendrier Républicain de Fabre D'Eglantine. Le mois Floréal se situe du 20 avril au 19 mai de notre calendrier, période à laquelle, oh magie du hasard (ou pas d'ailleurs) la rhubarbe pointe le bout de son nez, ou plutôt de ses feuilles. Cette vivace herbacée exposera ses feuilles pétiolées à nos regards jusqu'en juin, et parfois même jusqu'en septembre pour certaines variétés (une cinquantaine tout de même) ; elle disparaîtra totalement en hiver.


Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié cet :
110 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Raphaël CHARVET