FERMER
Auteur : Isabelle J

La racine de rhubarbe est utilisée depuis des millénaires par les Chinois, le plus souvent en association avec d’autres plantes. Son usage a été confirmé ensuite par les Grecs, notamment Dioscoride (médecin du 1er siècle de notre ère), réputé pour les connaissances majeures qu’il a apportées en matière de remèdes de nature végétale. Quels sont ces bienfaits?


Quelles parties de la plante utiliser?

Quand on parle de la rhubarbe, on évoque le plus souvent sa tige, partie comestible de la plante.

Ces tiges ou pétioles contiennent un peu de vitamine C. Elles sont surtout une belle source de fibres, ce qui est toujours intéressant pour favoriser le transit intestinal et la santé du microbiote, et consécutivement sur le métabolisme du cholestérol. 

Mais les plus belles propriétés de la rhubarbe proviennent de sa racine. Je vais donc évoquer avec vous les bienfaits de la racine de rhubarbe.

Pour quels usages utiliser la rhubarbe?

Tout d’abord, on s’attache à définir l’espèce utilisée, à savoir la rhubarbe de Chine (Rheum officinale ou Rheum plantanum). Les rhubarbes cultivées pour leur tiges sont le plus souvent des Rheum rharbarum. 

Je laisse de côté l’intitulé des principes actifs de la racine de rhubarbe qui lui confèrent ses propriétés. (Vous les trouverez en suivant les liens des sources).

Et je vous précise tout de suite l’usage qu’on peut en faire par voie interne. 

Les racines de rhubarbe agissent sur le transit intestinal, aussi bien sur la diarrhée que sur la constipation, en fonction de la dose ingérée : faible dose pour la diarrhée (action permise par les tannins de la plante, lesdits tannins resserrant les muqueuses), plus forte dose pour la constipation. 

Des études Chinoises ou Coréennes, bien plus récentes que l’usage traditionnel, ont montré récemment par exemple que les extraits de rhubarbe pouvaient s'associer dans des préparations visant à faire perdre du poids, à limiter les effets du diabète de type 2, à faire diminuer le risque de résistance aux antibiotiques, à retarder l'évolution de l'insuffisance rénale ou comme antiviral.

En Allemagne, depuis de nombreuses années, une spécialité à base d'extrait de racine de Rheum rhaponticum (rhubarbe probablement originaire d'Europe de l'est) est proposée pour atténuer les effets de la ménopause.

On peut utiliser la rhubarbe également en usage externe, le plus connu est sous forme de bains de bouche pour lutter contre les aphtes. Je l’ai testé sous forme d’une préparation liquide lors d’une angine aphteuse dans mon enfance. Pas sympa comme remède, mais très efficace !

Comment l’utiliser ?

On trouve la racine sous forme de poudre ou de teinture mère, ou incluse dans des préparations. 

Comme il est d’usage en naturopathie, la prise de plantes se fait par cure (2 à 3 semaines) et nécessite l’avis d’un praticien. 

Contrindications

  • Un risque de carence en potassium (hypokaliémie) en cas de prise prolongée est signalé, ce qui peut entrainer des troubles cardiaques, surtout chez les personnes âgées qui ont des troubles du rythme, qui prennent des médicaments à base de digitale ou des diurétiques.
  • Ne pas utiliser chez l’enfant de moins de 12 ans, à éviter chez la femme enceinte ou allaitant.
  • Ne pas utiliser en cas de problèmes d’inflammation intestinales avec douleurs ou vomissements. 

Source·s :

www.wikiphyto.org - Accès à l'article source
www.phytomania.com - Accès à l'article source
www.doctissimo.fr - Accès à l'article source


Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié cet :
69 mentions j'aime
Partagez cette publication

Rédacteur
Isabelle JAMIN